Hommage aux trois gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme

Hommage aux trois gendarmes tués dans le Puy-de-Dôme

PARTAGE
, / 487 0

Trois gendarmes ont été tués dans le Puy-de-Dôme le mercredi 23 décembre dernier alors qu’ils tentaient de secourir une femme en proie à des violences conjugales. Un hommage national s’est tenu lundi 28 décembre à Ambert, en présence du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et la ministre des Armées Florence Parly.

Dès le lendemain du drame, André Santini, ému, a envoyé une lettre au Général d’armée Christian Rodriguez, Directeur général de la Gendarmerie nationale basé sur la commune d’Issy-les-Moulineaux.

Mon Général,

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès de trois de vos hommes, le mercredi 23 décembre dernier, dans la commune de Saint-Just, et je tenais, par ces quelques mots, à vous assurer de mon entier soutien en ces instants douloureux que vous-même et l’ensemble des gendarmes de France traversez actuellement.

S’ils avaient survécu à cet acte terrible, le brigadier Arno MAVEL, le lieutenant Cyrille MOREL et l’adjudant Rémi DUPUIS réfuteraient sans doute toute célébration d’héroïsme, considérant avoir accompli leur travail, dans la droite ligne de leur engagement au service de la protection des autres.  

Pourtant, leur action restera bel et bien héroïque. Ce mot n’est ni usurpé, ni exagéré, il est au contraire bien peu eu égard à la grandeur de leur courage. Sauver une femme et un enfant des mains d’un homme capable de tuer, et le faire au péril de sa propre vie, peu d’êtres humains en auraient été capables. C’était certes le sens de leur vocation, mais quoi de plus admirable que d’y être restés fidèles jusqu’au bout ?

Permettez-moi également d’exprimer mon admiration à l’endroit de l’adjudant-chef Bertrand BOYON qui, malgré ses blessures, n’a cessé d’accomplir ses missions, ainsi qu’à l’ensemble des militaires déployés lors de cette intervention.

J’ai, enfin et surtout, une pensée de profonde compassion pour les veuves et les enfants de vos camarades, auxquels j’adresse mes sincères condoléances.

Vous renouvelant l’assurance de mon sincère soutien, je vous prie de croire, mon Général, en l’expression de ma sympathie émue.

André SANTINI

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée