Issy-les-Mlx : hommage au Colonel Arnaud Beltrame

Issy-les-Mlx : hommage au Colonel Arnaud Beltrame

PARTAGE
, / 46 0

Le mardi 3 juillet, André Santini a inauguré le chemin du Colonel Arnaud Beltrame au Fort d’Issy, à proximité de la Direction Générale de la Gendarmerie nationale, en présence du général d’armée Richard Lizurey.

Voici le discours prononcé par le maire :

 

Mon Général,
Mesdames et Messieurs les Officiers généraux,
Mes chers Collègues,
Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Le 23 mars dernier, lorsqu’à 11h28 le Lieutenant-Colonel Arnaud BELTRAME se substitue au dernier otage retenu dans le Super U de Trèbes par un terroriste, la France, touchée au cœur, meurtrie, s’arrête, béate devant tant de courage et de générosité.

Conscient du risque qu’il encourt, de la précarité de sa vie dès lors qu’il la met en jeu pour le salut d’une femme otage, il a en mémoire les nombreuses victimes du terrorisme assassinées ces dernières années, auxquelles il fallait déjà ajouter Hervé SOSNA, Christian MEDVES et Jean MAZIERES, tombés ce matin du 23 mars.

Partout dans le pays, la nouvelle de cet incroyable acte d’humanisme le plus pur se répand irrésistiblement. Le geste de cet officier, adjoint de commandement du groupement de gendarmerie de l’Aude, bouleverse les Français, qui, pendant plus de trois heures, vont suivre avec un émoi singulier le face-à-face entre Arnaud BELTRAME et le terroriste.

Il savait à ce moment-là que son opposant cherchait la mort et cherchait sa mort. Une fin lâche, glanée dans le sang d’innocents. Une fin drapée de honte jetant l’opprobre sur les siens.

Dans un ultime baroud d’honneur, commandé par une force de caractère comme on n’en voit que très peu et par sa vocation de servir, il tenta de le désarmer. Mortellement blessé, il devint à jamais un martyr de la République.

S’il n’a pas vaincu physiquement le terroriste ce jour-là, son geste porte par contre un coup considérable au terrorisme, en tant qu’entreprise de haine, de division, de sauvagerie.

Le récit de son héroïsme parcourut le pays, les hommages émus se multiplièrent, la vie perdue devint une vie donnée, un point d’ancrage pour chacun, qui, chez lui, comprit dès lors que le don de soi pouvait triompher de l’infamie, que la générosité et l’amour des autres, ce qui doit être le liant entre tous les citoyens de la République, pouvait surmonter bien des crises et des ignominies.

Et parce qu’un tel acte de bravoure et d’humanisme nous oblige, symbole de la résistance de l’Homme et de la Nation face à la barbarie abjecte, la Ville d’Issy-les-Moulineaux a souhaité qu’une marque de reconnaissance forte et pérenne soit rendue au Colonel Arnaud BELTRAME.

L’actuel chemin des Courtines, ce chemin de ronde qui suit le tracé des anciens remparts historiques du Fort d’Issy, portera désormais fièrement son nom.

Jouxtant le siège de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale, il fera écho pendant longtemps encore à l’engagement protecteur, au service des Français, de cet officier.

Il rendra aussi un hommage appuyé à la Gendarmerie Nationale, à ces femmes et à ces hommes qui, tout au long de leur engagement, n’écoutent que leur courage.

Je veux leur dire, à tous ceux ici rassemblés, qu’ils peuvent être fiers du geste de leur camarade qui les honore, et de leur action quotidienne conduite sans relâche au service de la France et de nos concitoyens.

La France, ce pays qu’Arnaud BELTRAME chérissait tant ; cette nation pour qui il avait décidé de tout donner, jusqu’à sa vie ; cette terre qu’il s’était engagé à défendre, la même que celle de ses grands-parents, agriculteurs dans le Morbihan ; cet idéal de liberté et de fraternité que par ses actes il a sublimé.

Aujourd’hui, nous honorons un grand héros national, qui fit le choix de ne pas se renier face à la haine, de ne pas céder ses valeurs, même quand il comprit qu’il prenait certainement rendez-vous avec la mort. Il resta lui-même, et sa mère, apprenant qu’un gendarme accomplissait ce geste, sut instinctivement qu’il s’agissait de son fils.

Ce gendarme d’élite, ce soldat aguerri, rompu à l’exercice, cité au combat en Irak, illumina sa condition de chef et de soldat par son exemplarité que je sais être une vertu cardinale, chers gendarmes, pour chacun d’entre vous.

Le Colonel BELTRAME était de ces fils que la Patrie – ce mot désuet et pourtant si précieux –s’honore de compter parmi ses rangs.

A la sortie de l’école Saint-Cyr, il avait fait le choix de la gendarmerie, parce qu’elle est proche de la vie et du quotidien des Français.

A la recherche de l’excellence, à l’instar de ses camarades, il s’était engagé avec, chevillé au corps, cet idéal plus grand que soi, qui nous dépasse, cette transcendance qui veut que son destin ne lui appartenait plus entièrement.

Apprenant son geste, les Français le hissèrent naturellement au rang de héros mort pour la France. Chacun convoqua aussitôt les grandes figures de souffrance et de bravoure qui jalonnèrent notre Histoire, celles de la Résistance française et de Jean Moulin, celles de Jeanne d’Arc et de ses compagnons, des cavaliers de Formigny, de Patay et de Castillon, celles des combattants de Valmy et de tous ceux qui n’abandonnèrent pas leur pays au triste sort qui lui a été tant de fois promis.

Mon Général, Mesdames et Messieurs les Officiers généraux, Mesdames et Messieurs les Officiers, Sous-Officiers, Gendarmes, personnels civils de la Gendarmerie Nationale, permettez-moi de vous redire tout mon soutien dans cette épreuve qui est la vôtre de perdre un camarade lâchement assassiné par un barbare.

Vous savez pouvoir compter sur les Isséens, fortement touchés par la destinée du Colonel BELTRAME, et qui ne cessent de voir comme un privilège d’accueillir au sein de leur ville la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale.

Enfin, je pense bien évidemment à la famille d’Arnaud BELTRAME. Leur époux, leur fils, leur frère leur a été arraché par le fanatisme. Nous pouvons les assurer que le souvenir de cet homme valeureux et droit perdurera dans la mémoire collective. C’est bien le sens de l’inauguration de ce chemin du Colonel Arnaud BELTRAME.

J’appelle de mes vœux que ce chemin soit un territoire paisible de rencontres, d’échanges, et qu’il rappelle à tous l’engagement inlassable de la Gendarmerie Nationale et de toutes les forces de sécurité pour faire triompher le respect de valeurs qui sont notre héritage partagé.

Je vous remercie de votre attention.

André SANTINI
Ancien ministre
Maire d’Issy-les-Moulineaux
Vice-Président de la Métropole du Grand Paris

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée