Anniversaire : l’usine Isséane a fêté ses 10 ans !

Anniversaire : l’usine Isséane a fêté ses 10 ans !

PARTAGE
, / 119 0

Depuis 2008, le centre de tri Isséane réceptionne et traite les déchets ménagers de plus de 700 000 habitants. Explication sur le fonctionnement de ce site emblématique.

Après de longues années d’efforts continus menés par André Santini pour d’abord faire démolir l’ancienne usine d’incinération, la fameuse TIRU reconnaissable par ses deux hautes cheminées, puis pour exiger la construction d’une nouvelle usine plus moderne et mieux intégrée à son environnement, Isséane a été inaugurée en 2008.

Usine TIRU, mars 2004.

C’est aujourd’hui un site moderne, performant à tous points de vue. Ainsi, les valeurs d’émissions sont inférieures de deux à trois fois aux normes européennes et le contrôle des rejets est supérieur à la réglementation.

La réussite tient également à son intégration urbaine. A l’image d’un iceberg, le centre est enterré aux deux tiers, limitant ainsi les nuisances, et ce, malgré ses proportions impressionnantes. La construction a en effet nécessité deux fois plus de béton que le Viaduc de Millau et trois fois plus d’acier que la Tour Eiffel !

Quant aux espaces libres, ils ont subi un traitement paysager. La partie émergente est garnie de bois et habillée d’un rideau végétal. « Nous voulions une façade vivante, d’où l’idée des poteaux fuselés en bois » rappelle l’architecte Marc Landowski.

 

La valorisation des déchets ménagers : comment ça marche ?

Les ordures ménagères non recyclables sont incinérées et l’énergie issue de cette combustion est transformée en électricité et en vapeur pour le chauffage urbain.

Les mâchefers, résidus solides de l’incinération des déchets, sont eux utilisés en matériaux de travaux publics pour la construction de routes. Les ferrailles et métaux récupérés sont recyclés en sidérurgie et servent à fabriquer de nouveaux alliages.

Dans le centre de tri, les déchets pré-triés par les habitants (papiers, emballages cartons, bouteilles en plastiques…) vont subir différentes étapes de tri manuel et mécanique puis être conditionnés par type de matériau.

Après ce tri, chaque matériau est envoyé dans une filière de recyclage appropriée pour servir à la fabrication de nouveaux produits.

 

Située quai du Président Roosvelt, Isséane suscite un intérêt national et international de par son architecture et ses prouesses technologiques

 

André Santini aux 10 ans d’Isséane

 

Lorsque nous avons lancé Isséane voilà plus de 10 années, ce site emblématique succédait à l’ancien centre d’incinération exploité par TIRU et reconnaissable à ses deux cheminées de plus de 80 mètres de haut. Il avait lui-même remplacé une décharge existante depuis 1889. C’est l’illustration parfaite de la banlieue dépotoir où Paris rejetait tout ce qu’il ne voulait pas…

Près de 130 ans plus tard, Isséane est un site moderne et performant à tous les niveaux. Il fait référence et autorité, ses valeurs d’émission sont inférieures de deux à trois fois aux normes européennes et le contrôle des rejets est plus strict que la réglementation.

Permettez-moi de vous rappeler qu’il a fallu se battre pour en arriver là. Les pseudo-experts et les pseudo-écolos, les rétrogrades de tous poils ne manquaient pas de nous expliquer que ce projet n’était pas viable, que la vieille TIRU avait encore de beaux jours devant elle…

Heureusement, nous étions disruptifs avant l’heure ! Et je veux rendre hommage aux anciens présidents du SYCTOM : Hervé Marseille, François Dagnaud et Jacques Dominati. Avec de la volonté et du courage, de grands projets ont été réalisés et d’autres sont encore à venir, à Ivry et à Saint-Ouen notamment.

C’est désormais Jacques Gautier, que je salue chaleureusement, qui a repris ce flambeau avec la même détermination. A travers cela, on voit l’importance des élus locaux et des syndicats intercommunaux comme vecteurs d’innovations, comme moteurs de transformation de nos territoires.

Avec Isséane et la TIRU, nous n’avons pas cédé et nous ne céderons pas pour tous les autres projets d’avenir.

[…] Avec fierté, nous voyons aujourd’hui qu’Isséane continue de susciter un intérêt national et international par ses prouesses technologiques, mais aussi par son avant-gardisme en matière de développement durable. Ce sont ainsi plus de 33 délégations internationales de 19 pays qui se sont succédées pour percer à jour le secret d’un tel ouvrage.

La réussite de ce site réside également dans son intégration urbaine. Ce centre est enterré aux deux tiers, à l’image d’un iceberg, limitant ainsi les nuisances, et ce, malgré des proportions impressionnantes.

J’appelle de mes vœux qu’Isséane, au cœur de ces berges, reste pour les 10 années qui viennent le symbole de notre engagement résolu à faire grandir notre territoire en symbiose avec la nature qui le compose et avec à l’esprit une seule audace : celle de l’attractivité de notre territoire au bénéfice de tous.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée