Éditorial L’Élu local : « Agir local, penser global »

Éditorial L’Élu local : « Agir local, penser global »

PARTAGE
, / 602 0

Agir local, penser global

 

Mes chers amis,

Le suspens devient insoutenable ! Nous vivons au rythme des prorogations de l’officialisation de la nouvelle réforme territoriale, sans cesse annoncée par le Gouvernement, toujours repoussée, dont les orientations sont encore obscures et incertaines. Les nombreux scenarii diffusés, puis démentis, ont tous pour points communs de renvoyer les élus locaux que nous sommes à un rôle subalterne…

Pourquoi un tel mépris de l’Etat jacobin alors que la population plébiscite et fait confiance aux Maires ?

Nous n’avons pas encore appréhendé tous les méandres kafkaïens et les conséquences de l’Acte III de la décentralisation, incarné par les lois MAPTAM et NOTRe, que déjà il faut remettre l’ouvrage sur le métier… Preuve que cette « décentralisation » a été finement pensée par les technocrates.

Pourtant tout n’est pas à jeter. La création des métropoles, pôles de développement et d’attractivité multiples à une échelle stratégique, garde sa pertinence même si l’on peut regretter les enchevêtrements infinis de compétences et la complexification administrative, les risques de dérapages des dépenses publiques, la dilution de l’efficacité et de l’efficience de l’action publique dans les territoires.

Président du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF), je suis favorable à une gestion métropolitaine de la ressource-eau, au regard des enjeux vitaux et des impératifs d’excellence liés à ce service public. A mon initiative, les élus locaux et les principaux acteurs de l’eau franciliens plaident pour la création d’un « ring » autour du Grand Paris, afin de sécuriser l’approvisionnement en eau potable de la population. Sur le modèle du réseau de transport Grand Paris Express, qui mieux que les élus locaux peuvent connaître, identifier, relayer, anticiper les attentes de leurs concitoyens et les besoins de leurs territoires ?

Cette vision est appuyée par un rapport récent de la Cour des Comptes, qui préconise la métropolisation de la compétence « eau » en Ile-de-France, dans l’intérêt des 7 millions d’habitants de la métropole, en mutualisant les coûts et rationnalisant les investissements. A l’inverse, est-il sérieux que les questions relatives à l’urbanisme et l’aménagement, qui concernent les particularismes de nos villes et le cadre de vie quotidien, soient retirées aux communes ?

On peut finalement regretter la médiocrité et le manque d’ambition des dernières réformes territoriales, qui se sont contentées de multiplier les couches du mille-feuille institutionnel, diviser jusqu’à l’absurde le camembert des financements, mixer la salade des compétences, pour une recette qui tourne à l’aigre.

 

En vérité, hier nos espoirs ont été couronnés de lois ubuesques, aujourd’hui nos demandes de confiance et d’apaisement ne reçoivent en retour qu’indifférence et contraintes nouvelles. Hier comme aujourd’hui, ces gouvernements mésestiment les élus locaux et sapent leur pouvoir, leurs moyens d’action, sans égard pour les services publics de proximité et le bien-être des citoyens. Dont acte.

Alors, en cette période de profonde recomposition politique, considérons qu’il y a bien peu à attendre d’un État qui trahit l’exigence constitutionnelle de décentralisation. Faisons le choix, nous élus locaux soucieux de l’avenir de nos territoires, d’engager une refondation pragmatique et ascendante qui a pour socle cette conviction que l’initiative locale et l’autonomie des territoires doivent primer, qu’elles sont vecteurs de progrès et de mieux-vivre.

L’action locale a toute sa place dans un monde global. C’est même celle qui peut répondre avec pertinence et promptitude aux nouvelles aspirations de nos concitoyens. C’est cette valeur que nous devons défendre et que doit incarner avec fermeté le MNEL, dont la légitimité est incontestable pour réclamer une réforme territoriale qualitative.

 

 

André Santini

Président du Mouvement National des Elus Locaux

Maire d’Issy-les-Moulineaux

Vice-Président de la Métropole du Grand-Paris

Président du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée